Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 18:05

 

Je vais essayer de vous conter une journée à N'Tonimba.

Le jour se lève vers 6h30, les oiseaux chantent depuis un bon bout de temps et le coq aussi. Nos nuits ne sont pas courtes car on se couche vers 9h30.


7h : la cloche sonne pour une invitation à la prière du matin à laquelle nous n'assistons pas : tout est en bambara, nous sommes excusés.


7h15 : petit déjeuner en compagnie des deux prêtres du centre de formation des cathéchistes où nous logeons et de soeur Catherine, toujours très gaie. La journée commence bien. L'un des prêtres est italien et, bien que vivant au Mali depuis près de vingt ans, il apprécie toujours l'expresso que souvent il a préparé. Pain frais, miel, confitures,...et même du beurre, nous sommes gâtés.


Retour à la chambre où la douche du matin est rapide l'eau du réservoir étant plutôt fraiche. On l'apprécie mieux le soir : elle est parfois très très chaude.

Ensuite, au travail ! Et ces jours-ci il y en a. Jean-Jacques avec l'aide de Guillaume fait rentrer les matériaux par tonnes.


Quant à moi j'essaye de m'intégrer au village surtout auprès des femmes. Je baragouine un peu le bambara, quelques gestes et on se comprend. Je vais même au jardin repiquer des choux par petits carrés, on en met neuf … pas compliqué. Par contre la terre est dure et basse comme chez nous. On cueille des tomates pas mûres du tout afin de supporter le voyage au marché. Moi je choisis les bien rouges. Elles sont étonnées mais je les consomme de suite moi. Quelques oignons, histoire de me rappeler notre village. Ca fera une bonne salade ce soir.

 

PXR P1080635 PXR P1080645


PXR P1080648On rentre car, vu la hauteur du soleil, il est passé midi. Tout sur la tête : la cuvette, le sac de cinq kilos de légumes plus le bois pour le petit feu sans oublier bébé sur le dos et en route. Il faudra un peu de temps avant de manger because le riz n'est pas cuit. Pour patienter je leur fait un sandwich et un café : « acadi » « c'est bon » disent-ils.

 

PXR P1080652

 

 

 

Jean-Jacques rentre de son marché avec des barriques sur la galerie du Pajero. Le sable et le ciment arriveront par camion 6 roues en fin d'après-midi ou au « petit soir ».


Desséchés nous rentons vers 17h à la case départ afin de nous rafraichir par une douche chaude, laver un peu de linge à l'africaine en entendant sur les murets (c'est sec en 1h), mon fil à linge et mes huit pinces ayant disparu. Un peu de repos.


A 19h la cloche nous rappelle qu'un bon potage, quelques pâtes (because l'Italie), un peu de riz ou de tô, une mangue et une papaye nous attendent.

 

PXR P1080664


Super journée pleine de rencontres et d'enrichissement, tant en langage qu'en questions de part et d'autre : « et en France, comment poussent tes choux, tes oignons, et tes tomates ? ». Difficile de comparer, on adapte mais des copains agriculteurs seraient les bienvenus... sans leurs tracteurs.


Un bonne nuit nous attend, pas trop chaude. 28°C le soir, un drap suffit. Temps rêvé pour nous. 23°C le matin, c'est un peu frais, on endure un polaire légère pour le p'tit dèj.

La chouette effraie a le même cri que chez nous. Elle nous souhaite « ani sou » « bonne nuit ».

 

PXR P1080690

Partager cet article

Repost 0
Published by françoise
commenter cet article

commentaires

Gisèle 14/02/2011 11:18


Françoise,salue de ma part toutes ces femmes courageuses,bisous à vous deux et continuez à nous envoyer de vos nouvelles qui nous réjouissent.Gisèle


Gisèle 14/02/2011 10:49


Françoise, tu viens de me faire revivre une partie de mon enfance.Comme au Mali,toutes les familles paysannes de mon village vivaient au rythme des saisons et du soleil, simplement et sans
argent.En été, pour nos parents, lever tôt: 5h30, coucher 9h30- 10h, les journées étaient bien remplies: soins aux animaux, travaux des champs( fenaison, moisson), récolte des légumes pour les
conserves, avant que le soleil ne soit trop chaud (haricots verts, petits pois, tomates ...)Comme au Mali aujourd'hui, les coqs chantaient dés le lever du soleil et se répondaient de ferme en
ferme.A 7h, les cloches sonnaient l'angélus, la messe, c' était seulement le dimanche..Aujourd'hui,plus de chant du coq ou presque, plus de cloches ou presque, "ça" fait du bruit, "ça"
dérange...
Autre temps, autre manière de vivre, pas de nostalgie donc mais si "ça" n'était pas le paradis, "ça" en avait le goût.C'était la France rurale des années 50, début 60.Merci, Françoise d' avoir
réveillé ces souvenirs heureux. Gisèle.


jp martin-vallas 13/02/2011 08:22


et l'après midi il fait combien?


claire malherbe 12/02/2011 20:54


merci pour tous les détails de vos journées; mais attention à vos dos
respectifs en fonction de vos activités!j'espère que les formalités avec les responsables locaux sont terminées et que tout est ok; bonne continuation; suis toujours curieuse et heureuse d'avoir
des nouvelles
bisous
Claire


brigitte 12/02/2011 19:05


tes tomates me font bien envie Françoise ! Profite bien de ces belles journées et laisse Jean-Jacques s'occuper du gros oeuvre ! le soleil revient un peu chez nous, hier 20 ° à 13 h on croyait
presque à l'arrivée du printemps ! Bisous à tous les 2